Le point sur l’épeautre

Champ de grand épeautre triticum spelta biologique

Focus sur l’Épeautre

Depuis les années 1945, les espèces céréalières anciennes, dont l’épeautre en l’occurrence, ont été délaissé au profit de variétés modernes, dites « améliorées ». Ces nouvelles variétés de « blé tendre (froment) » ont été obtenues par l’hybridation de plusieurs espèces entre elles, afin de répondre à un modèle économique croissant. Cela a permis d’obtenir de meilleurs rendements à l’hectare, mais au grand détriment de l’aspect nutritionnel et sanitaire. En effet, c’est à ce moment-là que l’agriculture paysanne s’est transformée en agriculture industrielle, avec l’emploi massif de fertilisants, de pesticides, d’herbicides et de régulateurs de croissance. Les résultats, nous les connaissons fort bien. Ce sont les différentes pollutions environnementales et les nombreuses maladies humaines liées à la consommation des agents chimiques se trouvant en forte concentration dans la nourriture.

Céréales et gluten

 Avant l’arrivée massive de la chimie moderne, les anciennes variétés étaient panifiées avec du levain, générant tous les bienfaits d’un pain n’apportant aucun trouble ou pathologie auprès des consommateurs. Le pain était un aliment de base incontournable et le socle d’une bonne santé. Lors de cette révolution industrielle, l’arrivée de la levure de bière a bouleversée l’ordre établi, sans prendre en compte les désastres nutritionnels que cela allait occasionner. Devant l’apparition de pathologies liées au gluten, un large public, une nouvelle génération de meuniers, d’agriculteurs et de boulangers se sont tournés vers ce savoir ancestral, celui de recréer du pain respectueux de la santé de l’homme et de l’environnement à partir de variétés anciennes retrouvées.

L’épeautre, le blé des gaulois ? 

L’épeautre ou grand épeautre (Triticum spelta), appelé aussi « blé des Gaulois » est une céréale proche du blé, mais très différente. L’épeautre date de l’âge du bronze. Retrouvé en Europe centrale et de l’Est, au Proche-Orient, et dans les Balkans, c’est la principale céréale consommée par les Gaulois et les Germains, d’où son surnom de « blé des Gaulois ». L’épeautre utilisé pour créer notre gamme Breizh Epeautre n’a pas été modifié par l’homme. Par conséquent, il contient un gluten biocompatible, donc facilement assimilable par notre organisme et généralement bien adapté aux personnes sensibles.

Petit épeautre ou grand épeautre ? 

Depuis quelques décennies, il y a une grande confusion au sujet de l’épeautre. On entend et on y lit tout et leur contraire au sujet du « Petit épeautre » et du « Grand épeautre ». Toutes deux sont des céréales anciennes, il n’y a pas de doute, mais elles sont très éloignées d’un point de vue biochimique avec des effets nutritionnels bien différents. Le petit épeautre provient du bassin méditerranéen, alors que le grand épeautre a pour origine l’Europe centrale. Il est certain que l’épeautre dont faisait référence Hildegarde de Bingen provenait d’une production locale en pays germanique.

Le Petit épeautre, est également nommé « l’engrain » et porte le nom latin « Triticum monoccucum ». Quant au Grand épeautre, il est porte le nom de « Triticum spelta », celui dont Hildegarde de Bingen(1) fait référence dans son livre « Physica ». Tout comme les simples, c’est toujours le nom latin qui permet de bien différencier les espèces et ainsi, il ne peut y avoir de confusion parmi les nombreuses appellations commerciales. Le Petit épeautre « Triticum monoccucum » contient 14 chromosomes, alors que le Grand épeautre « Triticum spelta » en contient 42. Rien que par leur génome respectif, cela en fait des céréales vraiment différentes. De plus, le Petit épeautre n’apporte pas les bienfaits qu’annonçait Hildegarde au sujet du Grand épeautre (voir liste plus bas).

Le grand épeautre, très riche en protéines

En effet, le grand épeautre « Triticum spelta » est la seule céréale poussant sur nos terroirs et possédant les neuf acides aminés que notre organisme ne peut produire. Ces acides aminés permettent la fabrication des protéines incontournables pour l’équilibre de notre santé.  Quant au petit épeautre « Triticum monoccucum », il n’offre pas cette propriété. C’est pour cette raison que le grand épeautre est la céréale la mieux adaptée pour les régimes végétariens, végétaliens (végan) ou tout simplement pour les personnes qui souhaitent limiter leur consommation de viande ou de poisson. Bien entendu, il serait illusoire de remplacer totalement la viande et poisson par uniquement de l’épeautre.

Le grand épeautre, contient-il du gluten ?

Il en contient de façon naturelle et en a en bien moins grande quantité que l’on peut en trouver dans le blé tendre (froment). Ce gluten génère peu d’allergie et il est généralement bien toléré auprès des personnes qui en sont allergiques ou sensibles. Ceci est dû au fait que cette céréale est porteuse de protéines de gluten de petite taille et donc peu allergisante, ce qui bien sûr n’est pas le cas lorsque l’on est en présence d’un grand épeautre hybridé.
Chez Breizh-épeautre, depuis que nous fabriquons et commercialisons notre café d’épeautre torréfié, nous n’avons jamais eu un seul retour négatif concernant une éventuelle intolérence auprès de notre clientèle.

Grand épeautre hybridé ou non hybridé ?

Cette question est très importante, car les bienfaits du grand épeautre peuvent s’en sentir fortement diminués. Il y a deux types d’hybridation, celle générée intentionnellement par l’homme dans le seul but d’améliorer le rendement et celle qui peut se faire naturellement par les insectes et les éléments météorologiques. Il n’y a pas besoin d’être un spécialiste pour se douter que toute hybridation de nature humaine ne peut que détériorer les caractéristiques bio chimiques de la plante.

Concernant nos substituts de café à l’épeautre, nous travaillons avec cette nouvelle génération d’agriculteurs qui ont compris qu’il est temps d’arrêter de scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Les semences de Grand épeautre « Triticum spelta » sont achetées une première fois en Allemagne, dans le berceau céréalier d’Hildegarde de Bingen, afin d’en garantir une variété pure, non hybridée.  Puis, étant autonome en semences, ils les replantent chaque année pour de nouvelles cultures.

Passionnés par les trésors ancestraux, chez Breizh-épeautre, nous privilégions l’épeautre non hybridé, cultivé avec amour sur les terres françaises, pour élaborer notre alternative au café. En choisissant cette céréale noble, nous préservons un patrimoine précieux et le transmettons avec fierté aux générations à venir.

Existe-t-il du Grand épeautre « Triticum spelta » non hybridé à 100% ?

Qui peut certifier que depuis l’époque de nos ancêtres les gaulois à maintenant, qu’aucune coccinelle, abeille ou autres insectes n’aient pollinisés quelques épis ? Bien entendu, cette pollinisation accidentelle n’est en rien comparable avec l’hybridation que l’homme du 20ème siècle a pu réaliser.

Comment savoir si l’épeautre n’est pas hybridé ?

Il y a bien sûr les analyses bio chimiques qui peuvent être réalisées en laboratoire, mais dans la pratique c’est compliqué à mettre en place, car il faudrait que chaque producteur fasse analyser son épeautre pour chacune de ses récoltes, chaque année et ils ne sont pas prêts à en supporter le coût financier. La solution est bien plus simple. Si vous êtes sensible au gluten, vous serez en mesure de vérifier rapidement par vous-même de la pureté de l’épeautre en le consommant. Si l’épeautre est hybridé, vous ne bénéficierez pas des bienfaits décrits par Hildegarde de Bingen.

Liste des bienfaits observés chez des personnes se nourrissant de Grand épeautre « Triticum spelta » et en accord avec les écrits d’Hildegarde, dans son livre « Physica » :

  • Rend l’humain plus joyeux 
  • Apporte de l’allégresse dans l’esprit de l’homme
  • Améliore la résistance à la fatigue
  • Ne provoque aucun trouble intestinal
  • Ne provoque pas d’allergie
  • Rend plus résistant
  • Adapté aux personnes sensibles au gluten
  • Un excellent apport en protéines, grâce aux neuf acides aminés que contient l’épeautre.

L’épeautre : un aliment d’exception aux multiples bienfaits

Effectivement, l’épeautre, ancêtre du blé moderne, s’impose comme une céréale aux propriétés remarquables, lui conférant une place de choix dans une alimentation saine et équilibrée. Ses atouts nutritionnels en font un allié précieux pour le bien-être général.

Richesse nutritive incomparable :

L’épeautre se distingue par sa composition exceptionnelle :

  • Protéines : Source d’acides aminés essentiels, il participe au maintien et à la croissance musculaire.
  • Fibres : Favorisant le transit intestinal et la satiété, elles contribuent à la régulation du poids et à la prévention de certains troubles digestifs.
  • Vitamines et minéraux : Fer, magnésium, phosphore, zinc, vitamines B… l’épeautre comble une grande partie des besoins nutritionnels de l’organisme.
  • Antioxydants : Luttez contre le stress oxydatif et protégez vos cellules grâce à sa teneur en composés antioxydants.

Variété de produits pour une consommation plaisir :

L’épeautre se décline sous de multiples formes pour s’adapter à toutes vos envies culinaires :

  • Farine : Parfaite pour la réalisation de pains, gâteaux, pâtes à tarte et autres délices gourmands.
  • Pâtes : Substitut savoureux aux pâtes classiques, pour des repas sains et rassasiants.
  • Couscous : Rapide et pratique, idéal pour une salade fraîcheur ou un plat végétarien.
  • Semoule : Accompagnez vos viandes et légumes ou ajoutez-la à vos soupes pour une texture onctueuse.
  • Café d’épeautre torréfié par Breizh-Epeautre : Alternative saine et savoureuse au café traditionnel, sans caféine et riche en nutriments.

Un engouement croissant pour l’alimentation hildegardienne :

Les principes d’Hildegarde de Bingen, herboriste, scientifique et visionnaire allemande du XIIe siècle, connaissent un regain d’intérêt grandissant. Son approche holistique de la santé, mettant l’accent sur l’alimentation naturelle et l’équilibre du corps, résonne avec les préoccupations actuelles en matière de bien-être.

L’épeautre occupe une place centrale dans cette philosophie alimentaire, considéré comme un aliment d’une vitalité exceptionnelle. Sa consommation régulière s’inscrit dans une démarche globale visant à promouvoir la santé physique et mentale.

En conclusion, l’épeautre s’affirme comme un choix judicieux pour une alimentation saine et savoureuse. Ses qualités nutritionnelles uniques et sa polyvalence en cuisine en font un atout précieux pour votre bien-être quotidien. N’hésitez pas à l’intégrer à vos menus pour découvrir ses bienfaits et sublimer vos papilles gustatives !

Les travaux d’Hildegarde de Bingen validés par des médecins !

Longtemps oubliée au travers des siècles, un grand renouveau d’intérêt au sujet de ses écrits s’est fait sentir lorsque Hildegarde fut canonisée en 2012.

Nous devons beaucoup à un médecin allemand, le Dr Gottfried Hertzka (1913-1997). Ce dernier a réalisé un long et fastidieux travail de recherche et de compréhension sur la médecine que Hildegarde avançait dans ses écrits. Puis, le flambeau fut repris par un autre allemand, le médecin-nutritionniste Wighard Strehlow. Il est connu comme étant le spécialiste de la mise en pratique des enseignements d’Hildegarde de Bingen.
Le Dr Strehlow a usé de ses connaissances scientifiques, ce qui lui a permis de valider cliniquement les remèdes notifiés par Hildegarde.

Retour en haut